Paramètres d'affichage

Choisissez un thème pour personnaliser l'apparence du site.

Informations importantes

Proposé par

Public visé

PublicBénéficiaires de la protection temporaire, Bénéficiaires de la protection subsidiaire, Réfugiés statutaires
Niveau de françaisB2, C1

Prix

Entre 400€ et 7000€ une seule fois

Conditions

Avoir le niveau de fin de lycée
Avoir signé le CIR et terminé les cours OFII
Avoir son titre de séjour ou son récépissé

Travailler dans la recherche clinique avec un diplôme médical ou paramédical hors UE

Mise à jour il y a 21 jours

C'est quoi ?

La recherche clinique est conduite sur des personnes malades ou non en vue du développement des connaissances biologiques ou médicales, par exemple pour déterminer l’efficacité ou la sécurité d’un nouveau traitement ou pour l’utilisation d’un nouveau dispositif médical.

Le nombre d’essais cliniques ne cesse d’augmenter dans le monde entier (+40% depuis 2015) et les professionnels du secteur (hôpitaux, entreprises de santé, sous-traitants) recrutent régulièrement.

Dans la recherche clinique, deux métiers sont accessibles aux personnes ayant un diplôme hors UE d’infirmier, de pharmacien, de médecin ou de technicien de laboratoire, après avoir fait une courte formation (environ 200 heures).

  • Technicien d’Études Cliniques (TEC) : il est l’intermédiaire entre le médecin investigateur, l’équipe médicale et les patients. Il s’occupe en particulier de récupérer les informations personnelles des patients dans une étude de recherche. Il analyse ces informations, les partage avec les équipes médicales, les classe, et suit les patients le long de l’étude. Il travaille sur un seul site, par exemple un centre d’investigation clinique au sein d’un Centre hospitalier universitaire (CHU). Ce métier est accessible dès BAC +2 ou BAC +3.
  • Attaché de Recherches Cliniques (ARC) : il est l’intermédiaire entre le promoteur (qui commande l’étude) et le médecin investigateur. Il n’a pas de lien direct avec les patients. Dans le cadre d’études impliquant plusieurs centres d’investigation clinique, il peut être amené à travailler sur plusieurs sites et donc à se déplacer fréquemment. Il est chargé en particulier de surveiller et contrôler la qualité de l’essai sur les plans scientifique, technique et réglementaire. Ce métier est accessible en général à BAC +5.
Il faut avoir un très bon niveau de français (B2/C1) pour travailler comme TEC, et un très bon niveau de français et d’anglais (B2/C1) pour travailler comme ARC.

Comment faire ?

Les principales formations spécifiques sont :

  • Les DIUFARC - TEC (diplôme interuniversitaire pour la formation des assistants de recherche clinique et des Techniciens d’Études Cliniques)
  • Le DU ARC/TEC (Diplômes universitaires ARC/TEC)
  • Les formations privées d’ARC/TEC
Les employeurs recrutant en général à BAC +5 pour travailler comme Assistant de Recherche Clinique (ARC), il est préférable de postuler d’abord à un travail de Technicien d’Études Cliniques (TEC) quand on a un diplôme dans le paramédical (BAC +3). Avec de l’expérience en tant que TEC, il est possible par la suite de postuler à un emploi d’ARC.

Ces sites proposent une liste (non exhaustive) de formations région par région :

Les conditions d’admission à ces différentes formations varient selon les établissements. En général, sont admis à s’inscrire :

  • les candidats titulaires d’un bac +2/+3 (filières médicales et scientifiques)
  • les paramédicaux diplômés d’État
  • les personnes déjà engagées dans cette activité professionnelle.
Certains masters français permettent d’accéder directement au travail TEC/ARC, notamment si l’on a déjà une expérience professionnelle dans le domaine de la recherche clinique. Par exemple : Master Recherche clinique et pharmacovigilance ; Master Développement & Recherche Clinique ou Master Santé publique.

Les formations sont payantes et peuvent aller de 700 à 4000 euros.

Toutes les formations ne sont pas finançables par France Travail (anciennement Pôle emploi). Il est préférable de choisir une formation agréée par France Travail, et qui propose un accompagnement vers le premier emploi.

Il existe plusieurs possibilités d’aides financières en fonction de la situation du candidat, du statut de l’établissement qui dispense la formation (université/école privée…), du type de formation (présentiel/distanciel) et selon que celle-ci se fait par la voie de la formation initiale ou bien de la formation continue :

Les centres de formation privés sont plus coûteux, mais offrent souvent un accompagnement pour le montage des dossiers financiers.

Les modalités d’inscription et les dates varient selon les institutions.

La plupart des formations demandent au moins :

  • une lettre de motivation
  • un CV
  • un justificatif de diplôme
La formation dure environ 200 heures.

Pour travailler comme TEC ou ARC, il faut passer un examen suite à la formation.

L’examen national final pour valider la formation se compose d'une épreuve écrite de 4 heures, puis d'une épreuve orale de 10 minutes.

Pour certaines formations, la réussite à l’examen permet d’obtenir une attestation provisoire, et doit être suivie d’un stage de plusieurs mois (par exemple en milieu hospitalier, dans un département R&D de l’industrie pharmaceutique, au sein d’une société de prestation de service de type CRO). C’est après validation du rapport de stage que le diplôme est délivré.

Dans le cas où la formation ne propose pas de stage, il est possible d’en réaliser un par soi-même, comme tremplin vers un premier emploi.

Voici trois sites qui proposent différentes offres de stages TEC :

Et après ?

Les attachés de recherche clinique et les techniciens d’études cliniques peuvent travailler dans un milieu hospitalier, dans des centres de lutte contre les cancer et institut de santé publique ou dans l’industrie pharmaceutique, notamment à travers l’action de sociétés de prestation de services ou CRO (Contract Research Organization).

Le premier emploi (sans expérience autre que celle du stage de fin d’étude) est difficile à décrocher. Il faut être prêt à passer beaucoup d’entretiens et à faire jouer ses réseaux autant que possible. Si l’expérience du premier emploi est positive, cela devient beaucoup plus facile de trouver d’autres emplois par la suite.

Voici trois sites internet qui listent des offres d’emploi :

Haut de page

8 contributeurs mobilisés

houssam kokachhoussam kokachAdmin
a mugniera mugnierAdmin
djedodjedoTraducteur
niknameniknameTraducteur
rohullah expertrohullah expertTraducteur
ghannamghannamTraducteur
kim.delaunaykim.delaunayTraducteur
marianneukrainemarianneukraineTraducteur